Morosité économique? Comment ça se passe pour vous?

Morosité économique ? Comment ça se passe pour vous ?

 

Je pose la question.

 

Je retire mes chaussures de designer d’intérieur le temps d’un blogue, pour venir parler avec vous en tant que travailleuse autonome, ou entrepreneure, si vous préférez.

 

Hier, j’étais à mon cours d’obéissance, ou plutôt, celui de mon chien Georgie 😉 et je jasais avec un des maîtres qui était présent, Jean, designer, comme moi. Avec son gros toutou, venu apprendre lui aussi à bien se comporter. Donc, Jean, me confiait qu’il n’avait eu aucun nouveau contrat depuis 4 mois. 4 mois ! Il commence à être inquiet, avec raison d’ailleurs.

 

C’est long longtemps 4 mois ! Assez pour épuiser toutes les ressources financières et commencer à s’endetter. Je le sais car ça nous est arrivé à l’automne 2014. Mon conjoint et moi sommes en affaires ensemble. Nos deux téléphones se sont évanouis en même temps, en octobre. Ç’a pris fin le 22 janvier 2015, avec 2 contrats obtenus le même jour. Maintenant, nous sommes dans le jus !

 

IMG_0693Qu’à cela ne tienne, j’en ai passé des nuits à faire des calculs, à envisager le pire, à souhaiter ardemment de bonnes nouvelles. Nouvelles qui ne venaient pas, jour après jour… Je me souviens avec acuité de la lourdeur ressentie. J’avais peur de perdre la maison, d’être obligée de retourner travailler pour quelqu’un d’autre (mon pire cauchemar, en ce qui me concerne), d’avoir bâti tout ça en vain… Malgré tout, j’ai travaillé à nous faire connaître sur les réseaux sociaux, en faisant des essais et des erreurs. J’ai investi un peu d’argent pour consulter une professionnelle en la matière, ce qui m’a vraiment aidé. Nous avons engagé des dépenses, (c’est arrivé en même temps), pour un nouveau site web, un local avec pignon sur rue, des enseignes, de la pub sur le camion, etc. Ayoye ! J’essayais de demeurer positive, mais le soir venu, après une autre journée silencieuse, le positivisme faisait place aux inquiétudes…

 

Une fois les comptes de banque à zéro, c’est la marge de crédit qui a été grugée, mais, heureusement les choses se sont replacées. Quoique le téléphone ne sonne pas tant que ça… Comment expliquer cette morosité. Qu’en pensez-vous ?

 

Le témoignage de Jean et notre expérience ne sont pas uniques. Un entrepreneur en rénovation que je connais bien, avec qui il faut s’y prendre 6 mois d’avance pour faire effectuer des travaux, me faisait part qu’il n’avait jamais vécu un tel ralenti en 30 ans d’opérations. Il souhaitait léguer l’entreprise à son fils, qui travaillait avec lui depuis quelques années, mais ce dernier a été obligé de se trouver un emploi. Hier, encore, on me disait que des entrepreneurs en construction de Montréal, étaient visibles dans le Nord. C’est dire combien c’est mort. Quand la construction va, tout va… Mais le contraire ?

 

Je ne suis pas la fille à dépendre du gouvernement, mais j’ai quand même beaucoup de reproches à lui faire. Tout le monde sait que pour que l’économie tourne, il faut que les gens aient confiance en l’avenir. Avec ce discours sur l’austérité (mot maudit que je ne suis plus capable d’entendre), j’ai la nette impression qu’on a peur et qu’on est gelé. On reporte les projets en espérant des temps meilleurs. Qu’on me comprenne bien, je ne suis pas contre le contrôle des dépenses, ni l’assainissement des finances publiques, mais le discours ambiant est vraiment une catastrophe en ce moment. J’ai le goût de dire au gouvernement : ta yeule ! Il faut rebâtir la confiance et avoir un plan de relance tangible, ce que je ne vois nul part, chez ces supposés experts de l’économie. Je vois plutôt des cancres économiques. Je n’y vais pas de main morte, mais je suis en colère !

 

Ceci dit, on fait quoi pour aller à contre courant ? Pour se sortir de cette morosité ? J’ai le goût de partager avec vous pour trouver des solutions. Que les choses avancent au Québec. Qu’on s’épanouisse économiquement et socialement. Qu’on s’entraide entre citoyens et entre entrepreneurs aussi.

 

J’ai en tête Charlevoix. Il y a deux ans, nous y étions allés en vacances et ce qui m’avait frappé, c’était le dynamisme économique de la région. En agrotourisme du moins, l’effort de promouvoir les produits du terroir est bien réel. Chez le producteur de foie de canard, on vend les cidres de l’Isle-aux-Coudres et vice versa. C’est comme ça partout. Dans la plupart des restos, on encourage les produits régionaux, en les mettant en valeur sur une carte de qualité. Aussi, on fait goûter aux clients avant l’achat. On n’a pas peur d’ouvrir les pots et d’être généreux. Bravo ! C’est inspirant et ça manque dans ma région des Laurentides, un tel esprit d’entraide et de solidarité. Et c’est plutôt morose par les temps qui courent. J’ai un peu la même impression, malheureusement, quand je visite mes beaux-parents au Lac St-Jean. Pourtant nos régions sont magnifiques et regorgent de richesse et de beauté.

 

Voilà, ça fait longtemps que je voulais vider mon sac. Il n’y a rien de scientifique dans ma lecture de la situation économique et je ne prétends pas détenir la clé pour résoudre tout ça, mais je me disais qu’il est bon de briser l’isolement et de parler de ces côtés moins ‘glorieux’ de l’entreprenariat.

 

Comment ça se passe de votre côté ? J’ai réellement le goût de vous entendre.

Vous avez aimé cet article?
Faîtes le savoir!

Article précédant

Article suivant

4 Réponses

  • nous vivons les mêmes choses !

    marie josée viens

    18 mars 2015 à 11 h 03 min

    • Ce n’est pas évident Marie-Josée, mais ne lâchez pas! Je vous encourage à prendre ce temps pour faire le plein d’idées, et vous ressourcez, comme vous nous l’avez si bien partagé sur Linkedin. Je vais aller visiter votre site web.
      On lâche pas.

      lindalabrosse

      18 mars 2015 à 13 h 15 min

  • Nous vivons également la même chose! jamais vu en plus de 20 ans de carrière! Félicitation pour vos montées de lait!

    Katia

    Katia Desgranges

    26 octobre 2015 à 19 h 53 min

    • Ne lâchez pas Katia. J’ai ce commentaire souvent depuis 1 an et demi, à savoir que les entrepreneurs, designers et architectes tournent au ralenti. Du jamais vu. Des fois, juste de voir que nous ne sommes pas seuls avec un téléphone plutôt silencieux, ça met un petit baume. Ça va reprendre, je le sens.

      lindalabrosse

      30 octobre 2015 à 12 h 45 min

  • Laisser un commentaire

    Nom
    Courriel
    Site web
    Commentaire

    Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

    Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.